Alimentation prostatique

Prostate 11 nov. 2022

Située juste en dessous de la vessie masculine, la prostate est une glande productrice de liquide essentiel à la fonction reproductive masculine.

Dans des circonstances ordinaires, sa forme unique en "beignet" permet le passage de l'urine et du sperme dans l'urètre sans difficulté - mais si la prostate grossit pour une raison quelconque, les symptômes se manifestent : difficultés urinaires et parfois douleur. Quels aliments et nutriments peuvent réduire le risque de développer des pathologies de la prostate, et lesquels peuvent « nourrir » la maladie ? Voici un bref aperçu des maladies de la prostate les plus courantes, quelques études de cas et une nutrition fondée sur des preuves pour soutenir la glande.

Prostatite

Qu'elle soit aiguë ou chronique, la prostatite est une affection inflammatoire inconfortable qui n'affecte pas seulement le passage de l'urine ; il peut également entraîner des douleurs, des troubles de l'érection et des problèmes de fertilité. Il peut être surprenant d'apprendre que la prostate est plus vulnérable aux infections que la vessie, car c'est le premier tissu qu'un agent pathogène acquis rencontre une fois qu'il pénètre dans l'urètre depuis l'extérieur du corps. Avec des symptômes similaires à l'infection de la vessie féminine (UTI), la prostatite est souvent traitée avec succès par des antibiotiques. Mais que se passe-t-il si cela ne fonctionne pas ?

Les hommes peuvent souffrir pendant des mois de l'inconfort d'une prostatite chronique qui résiste au traitement standard. Prenons le cas de Jimmy, un étudiant universitaire qui est arrivé dans mon cabinet de conseil en nutrition désespéré après presque un an avec cette maladie. Pas encore vingt ans, Jimmy voulait savoir si la nutrition pouvait l'aider à surmonter les douleurs de la prostatite chronique. En regardant le régime alimentaire de Jimmy, j'ai remarqué une consommation fréquente de sucre, de pizza et de bière. Sous ma supervision, Jimmy a immédiatement abandonné le sucre, les produits laitiers, le gluten, l'alcool et les aliments transformés - en les remplaçant par des aliments frais et naturels - et avec le soutien d'un médicament antifongique prescrit par un médecin à l'esprit ouvert, Jimmy a surmonté sa prostatite chronique tenace et résistante aux antibiotiques en quelques semaines seulement.

Manger pour l'immunité, qu'il s'agisse de la prostatite ou de toute autre infection, le sucre peut rendre l'infection difficile à vaincre pour plusieurs raisons.

D'une part, il peut supprimer la capacité de piégeage des agents pathogènes du système immunitaire jusqu'à 5 heures après l'ingestion.

Deuxièmement, le sucre nourrit directement les micro-organismes comme les bactéries et les levures, leur permettant de se multiplier rapidement. Il est donc logique de limiter la consommation de sucres concentrés, d'alcool (une toxine bien établie) et de restauration rapide dans le but d'alléger la charge sur le système immunitaire et de faire de la place pour des aliments plus riches en nutriments dans l'alimentation. Comme cela peut être un défi pour beaucoup, la supplémentation en nutriments qui renforcent le système immunitaire comme les vitamines C, D et le zinc est un bon moyen de fournir un soutien immunitaire constant.

Hyperplasie bénigne de la prostate (HBP)

La condition connue sous le nom d'hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) - hypertrophie de la prostate - affecte environ 50 % des hommes de 50 ans et 80 % des hommes de 80 ans.

À quoi ressemble l'HBP ?

C'est comme essayer de pousser l'urine hors d'un tuyau qui a été pressé, presque fermé. Bien que la douleur ne soit généralement pas présente, un homme atteint d'HBP trouvera plus d'efforts pour uriner, car la glande en croissance exerce une pression sur l'urètre, ce qui rend difficile la vidange complète d'une vessie pleine. Cela se traduit par plus d'allers-retours aux toilettes, surtout la nuit, pour essayer d'uriner. Tout cela est dû à un changement progressif de l'équilibre hormonal chez les hommes plus âgés. Comme la « bonne » testostérone diminue avec l'âge, un type de testostérone appelé DHT (di-hydro-testostérone) augmente, entraînant une croissance de la prostate. Les médicaments prescrits pour gérer l'HBP agissent en bloquant une enzyme appelée 5-alpha-réductase, une enzyme responsable de la conversion de la testostérone en DHT. Mais un médecin peut être réticent à prescrire un tel traitement pour certaines raisons. Prenez mon client Robin, par exemple. À quarante ans, Robin présentait des symptômes d'HBP plus tôt que la plupart des hommes. Son médecin ne lui fournira pas d'ordonnance, mais Robin se lasse des multiples interruptions de sommeil causées par le besoin d'uriner. La première chose que nous avons faite a donc été de supprimer les produits laitiers de vache de l'alimentation de Robin et de les remplacer par un substitut enrichi en calcium. L'amélioration a été si spectaculaire en 3 semaines que Robin a décidé que c'était tout ce qu'il avait à faire pour résoudre sa nycturie (urine nocturne).

Considérez les sources de calcium non laitières

Alors, pourquoi le remplacement des produits laitiers par une boisson non laitière enrichie en calcium a-t-il aidé Robin ? Avec la viande rouge et ses produits transformés, comme le bacon, les produits laitiers sont l'une des sources les plus élevées de graisses animales saturées qui semblent augmenter l'activité de cette enzyme indésirable, la 5-alpha-réductase. À son tour, la production de DHT chute et la croissance de la prostate est stoppée.

Cancer de la prostate

Après les cancers de la peau autres que les mélanomes, il s'agit du cancer le plus souvent diagnostiqué et de la troisième cause de décès chez les hommes canadiens. Heureusement, s'il est détecté tôt, le pronostic est très bon, 91 % des hommes diagnostiqués survivants au-delà de 5 ans ; cependant, les traitements de ce cancer peuvent changer la vie de façon permanente. Alors, comment pouvez-vous réduire VOTRE risque ?

Réduire la consommation d'alcool

Il n'est pas surprenant que la consommation excessive d'alcool soit un facteur de risque pour de nombreuses maladies. Pour savoir si une habitude de boire au cours de la vie était associée au cancer de la prostate, une étude de cas-témoins basée sur la population de près de quatre mille hommes résidant à Montréal, au Québec, a été menée. En 2016, des résultats qui donnent à réfléchir ont été publiés : il a été constaté que le taux de cancer de la prostate de haut grade (c'est-à-dire une forme agressive) était le plus élevé chez les hommes qui avaient une consommation d'alcool "à vie" plus élevée, en particulier chez ceux qui préféraient la bière et étaient consommateurs actuels de cette boisson.

Rechercher des sources de protéines végétales

Les effets hormonaux de la consommation de produits à base de lait de vache sont également suspectés. Ceux qui aiment le fromage pourraient être déçus qu'une étude prospective publiée cette année dans l'American Journal of Clinical Nutrition auprès de trente mille hommes adventistes nord-américains du septième jour sur huit ans ait révélé que ceux qui consommaient davantage de produits laitiers avaient une incidence plus élevée de cancer de la prostate que les hommes ayant des apports plus faibles. Pourquoi? Voici quelques hypothèses. Prenez le fait que plus de 75 % des vaches laitières américaines sont enceintes pendant qu'elles allaitent, ce qui augmente les résidus hormonaux dans le lait.

De plus, contrairement à l'industrie laitière canadienne, les producteurs laitiers américains sont autorisés à utiliser l'hormone de croissance bovine (rBGH) chez leurs vaches (une hormone synthétique destinée à augmenter la production de lait chez les animaux). Enfin, la consommation de produits laitiers semble augmenter un facteur de croissance appelé Insulin-Like-Growth Factor-1 (IGF-1) chez l'homme. Ce facteur est associé aux cancers liés aux hormones sexuelles. Après tout, la prostate est un organe sensible aux hormones et les hormones stéroïdes sont formées à partir de graisses saturées et de cholestérol, tous deux présents dans les produits laitiers. Choisissez plus souvent des sources végétariennes de protéines, telles que des noix et des légumineuses. Non seulement ils sont plus sûrs à cet égard ; ils possèdent une valeur thérapeutique en raison de leur teneur en fibres, ce qui améliore l'excrétion des hormones excédentaires du corps. Maintenant, voici quelques résultats montrant quels nutriments peuvent protéger contre le cancer de la prostate :

Mangez plus de produits à base de tomates

Des études de population ont montré que les hommes qui consomment de plus grandes quantités de tomates cuites ont une incidence de cancer de la prostate plus faible et un cancer de moindre grade (c'est-à-dire plus traitable). Comment est-ce possible ? La réponse peut être le lycopène. Cet antioxydant se trouve dans de nombreux aliments à chair rose, comme la goyave, le pamplemousse rose, la pastèque et les tomates. Cependant, gardez à l'esprit que le lycopène est l'un de ces nutriments qui deviennent beaucoup plus biodisponible pour les tissus lorsqu'il est cuit que lorsqu'il est consommé cru.

Obtenez suffisamment de zinc

La plus forte concentration de zinc dans le corps masculin se trouve systématiquement dans la prostate. En effet, il joue un rôle important dans la production de citrate et inhibe la prolifération et la croissance du tissu prostatique en limitant la formation de DHT afin que la glande ne se développe pas de manière incontrôlable (pensez également à la prévention de l'HBP). Fait intéressant, le zinc et le citrate sont tous deux faibles chez les patients diagnostiqués avec un cancer de la prostate, ce qui suggère que des niveaux adéquats de zinc sont importants pour éviter une tumeur maligne de la prostate. Alors que le zinc est abondant dans les huîtres et les abats, les sources végétales du nutriment se limitent principalement au germe de blé, aux noix et aux graines et sont beaucoup plus difficiles à absorber. Envisagez d'utiliser un supplément quotidien de zinc, tel que le glycinate de zinc, pour aider à maximiser l'absorption de ce minéral qui alimente la prostate.

Soutenir le glutathion avec du sélénium et du NAC

Les niveaux de sélénium du corps peuvent également être liés au risque de cancer de la prostate. Ce minéral essentiel, associé à la n-acétyl-cystéine (NAC), soutient la production de glutathion, un antioxydant utilisé par le système immunitaire qui est généralement faible dans le sang des patients atteints d'un cancer de la prostate. Cela a été démontré dans une revue systématique et une méta-analyse des données de 12 études a montré que le risque de cancer de la prostate diminuait avec l'augmentation des taux sanguins de sélénium ; une sous-analyse de 3 études portant sur les niveaux de sélénium corrélés dans les ongles des orteils et la réduction de l'incidence du cancer de la prostate. Bien que le sélénium soit disponible dans des aliments comme les noix du Brésil et l'ail, la concentration dépend du sol dans lequel ces aliments ont été cultivés. Prendre un supplément de sélénium garantit que les niveaux peuvent soutenir la production de glutathion, qui est faible chez les patients cancéreux en général. Le sélénium se présente sous de nombreuses formes, mais la forme supérieure est celle qui est liée à l'acide aminé méthionine : la sélénométhionine. Pendant ce temps, il n'y a pas de sources alimentaires de NAC préformé, donc le compléter avec du sélénium peut être le moyen le plus simple d'augmenter les niveaux de glutathion et de soutenir votre fonction immunitaire.

Agissez maintenant pour protéger votre prostate

Hommes, ce n'est peut-être pas amusant d'y penser, mais il y a de fortes chances que sans attention au mode de vie, vous rencontriez une maladie de la prostate au cours de votre vie. N'oubliez pas que vous POUVEZ modifier la plupart des facteurs de risque connus en faisant attention au régime alimentaire et aux suppléments de soutien. Vous devez agir dès maintenant!

Références

Aubry, Lisa. “New study associates intake of dairy milk with greater risk of prostate cancer.” Loma Linda University: Health. June 8, 2022. Accessed online October 31, 2022.

Canadian Cancer Society.  “Prostate Cancer Statistics.” Accessed online October 31, 2022.

Chen P, Zhang W, Wang X, et al. Lycopene and Risk of Prostate Cancer: A Systematic Review and Meta-Analysis. Medicine (Baltimore). 2015;94(33):e1260.

Demoury C, Karakiewicz P, Parent ME. Association between lifetime alcohol consumption and prostate cancer risk: A case-control study in Montreal, Canada. Cancer Epidemiol. 2016;45:11-17.

Duffield-Lillico AJ, Dalkin BL, Reid ME, Turnbull BW, Slate EH, Jacobs ET, Marshall JR, Clark LC. Selenium supplementation, baseline plasma selenium status and incidence of prostate cancer: an analysis of the complete treatment period of the nutritional prevention of cancer trial. BJU Int. 2003;91:608–612.

Goodarzi D, Cyrus A, Baghinia MR, Kazemifar AM, Shirincar M. The efficacy of zinc for treatment of chronic prostatitis. Acta Med Indones. 2013;45(4):259-264.

Hurst R, Hooper L, Norat T, et al. Selenium and prostate cancer: systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr. 2012;96(1):111-122.

Leitzmann MF, Stampfer MJ, Wu K, Colditz GA, Willett WC, Giovannucci EL. Zinc supplement use and risk of prostate cancer. J Natl Cancer Inst. 2003;95(13):1004-1007.

Mayo Clinic. “Prostatitis: Symptoms and Causes”. Accessed online Oct. 31, 2022.

Orlich MJ, Mashchak AD, Jaceldo-Siegl K, et al. Dairy foods, calcium intakes, and risk of incident prostate cancer in Adventist Health Study-2. Am J Clin Nutr. 2022;116(2):314-324.

Prasad AS et al. Zinc supplementation decreases incidence of infections in the elderly: effect of zinc on generation of cytokines and oxidative stress. Am J Clin Nutr. 2007 Mar;85(3):837-44.

Sanchez, A, Reeser JL, Lau HS, et al.  Role of sugars in human neutrophilic phagocytosis. Am J Clin Nutr. 1973;26(11):1180-1184.

Sauer AK, Vela H, Vela G, Stark P, Barrera-Juarez E, Grabrucker AM. Zinc Deficiency in Men Over 50 and Its Implications in Prostate Disorders. Front Oncol. 2020;10:1293.

Sawada N, Iwasaki M, Yamaji T, et al. Fiber intake and risk of subsequent prostate cancer in Japanese men. Am J Clin Nutr. 2015;101(1):118-125.

Shukla S, Srivastava JK, Shankar E, et al. Oxidative Stress and Antioxidant Status in High-Risk Prostate Cancer Subjects. Diagnostics (Basel). 2020;10(3):126. Published 2020 Feb 27.

Supabphol A, Supabphol R. Antimetastatic potential of N-acetylcysteine on human prostate cancer cells. J Med Assoc Thai. 2012;95 Suppl 12:S56-S62.

Zhao, J., Wu, Q., Hu, X. et al. Comparative study of serum zinc concentrations in benign and malignant prostate disease: A Systematic Review and Meta-Analysis. Sci Rep 6, 25778 (2016).

Par Andrea Bartels CNP NNCP RNT
Nutritionniste agréée

Traduit et intégré au site Web par Komlavi

Super ! Vous vous êtes inscrit avec succès.
Super ! Effectuez le paiement pour obtenir l'accès complet.
Bon retour parmi nous ! Vous vous êtes connecté avec succès.
Parfait ! Votre compte est entièrement activé, vous avez désormais accès à tout le contenu.